Toucher les clients sans les toucher - ALLEZ...GO!

Sans vouloir nier l’importance d’une bonne caissière ou d’une responsable de rayon sympathique, la grande différence entre les supermarchés et les magasins de proximité c’est quand même que dans un magasin du centre on se sent chez soi. Il y a toujours les mêmes personnes et tu sais qu’elles vivent de leur service et leurs produits. Elles travaillent de 8H00 du matin jusqu’à 19H00 le soir pour ensuite se rendre chez eux et bosser encore un peu plus. Faire les paperasses, les commandes, les factures… et se coucher tôt pour être vive et chaleureuse le lendemain.

Corona parano…

Ce qui fait peur en ce moment, c’est que tous ces petits commerçants risquent de noyer sous la pression de la crise Corona ou COVID-19. Ils sont contraints de fermer, bien que leurs grands concurrents – les supermarchés et les magasins en ligne – peuvent continuer à servir leur clients. C’est frustrant, agaçant et il y en a qui commencent à y voir un grand complot contre les commerces de proximité. Je me demande si c’est vrai. La crise nous a tous surpris et frappé. Les supermarchés n’y sont pour strictement rien, bien qu’ils en profitent. Comme les magasins en ligne et tout commerce qui touche les clients de loin, sans les toucher.

Que pouvons-nous faire?

On se sent impuissant, quand un a un commerce dans le centre et on ne peut pas ouvrir. Et même les magasins qui ouvrent, voient une grosse descente du chiffre d’affaires parce que les gens ont peur de sortir. Avant, faisait ses courses en ville en partie pour voir du monde, papoter un peu. Maintenant, on ne parle pas aux autres, on rase les murs pour éviter la coronacrève. Et certains ont même peur d’être verbalisé s’ils vont au boulanger chercher une baguette. Ce ne serait pas assez pour le déplacement! Autant mieux aller dans un supermarché pour chercher tous les courses en même temps, remplir la bagnole et rentrer chez soi.

La solution est entre les oreilles

On peut faire plusieurs choses. Dans notre rôle de client, de consommateur, on peut braver ‘l’enfer des autres’ en sortant en ville. Vous verrez que les commerçants ouverts on pris plein de mesures pour assurer votre sécurité. C’est souvent même mieux qu’aux grandes surfaces, où ça grouille quand même un peu parfois et on ne peut pas toujours éviter les autres. Alors changeons notre mentalité et retournons en ville. Passons du boucher à la boulangère, et de la cave au fromager, sans oublier le primeur. Ils et elles sont là pour vous. Même maintenant avec le sourire habituel.

Et la solution peut être dans la flexibilité

Dans notre rôle de commerçant, nous pouvons aussi nous bouger pour aller à l’encontre de nos clients. Mettre en place des mesures de sécurité sur place. Mais aussi faciliter l’achat à distance. Ça semble paradoxal, pour des commerces de proximité, mais si on peut aider les clients à commander et prépayer, ils peuvent rentrer et sortir plus vite, juste assez de temps pour recevoir votre conseil et votre sourire. Vous ne toucherez plus vraiment leur argent (puisque vous l’avez déjà ‘touché’) mais au moins vous pourrez montrer que vous êtes toujours là pour les servir, et toucher leur cœur.

Catégories : TOURNUS

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *